L’imprimante 3D au service des patients à l’Hôpital de Chimay

  • 14 December 2021

Dr Ali Razian, chirurgien orthopédique passionné des nouvelles technologies, intègre l’impression 3D dans ses consultations et traitements orthopédiques au Centre de Santé des Fagnes. La première attèle imprimée en 3D pour une patiente de l’Hôpital de Chimay a été posée sur le poignet de cette dernière en ce début du mois de décembre 2021. L’Hôpital de Chimay a donc décidé d’investir dans son propre matériel pour ce projet intéressant et innovant.

Spécialisé dans les membres supérieurs, les hanches, les genoux et la traumatologie, Dr Razian donne une autre dimension à ses consultations en « équipant » le patient, comme on dit dans le jargon, avec une amélioration thérapeutique.

L’impression 3D a plusieurs avantages et applications dans la chirurgie traumatologique.

Du côté des diagnostiques, l’impression 3D facilite le travail d’analyse et de préparation du spécialiste « Dans le cas d’une articulation cassée, un scanner permet de voir où s

ont les fractures et quels sont les soins à procurer. L’impression 3D permet alors de reproduire en taille réelle la dite articulation cassée pour pouvoir observer en détails et exercer les soins à procurer » explique le Dr Razian.

Du côté des traitements, l’impression 3D d’attèles amène quant à elle plus de confort aux patients en comparaison à un plâtre classique. En effet, plus aérées et légères, ces attèles permettent notamment de se laver facilement, ce qui n’est pas possible avec plâtre. De plus, la structure de ces attèles, réalisées sur mesure, permet d’éviter les points de cicatrices ou les points de pression si des broches ont été posées. La résine utilisée dans ce type d’imprimante est certifiée bio compatible et évite donc toute allergie.

L’impression 3D amène aussi une dimension humaine supplémentaire dans le traitement.

« Ce qui me passionne également dans l’utilisation de cette technologie, est l’interaction que je peux créer avec mes patients. Les impressions 3D permettent en effet d’expliquer les choses plus clairement et concrètement. Ce qui est très important pour rassurer le patient !
Exemple, dernièrement, un patient avait une luxation rare de la clavicule et éprouvait des difficultés à respirer. L’impression 3D a rapidement montré un déplacement de la clavicule qui venait écraser légèrement la trachée. La représentation 3D de ce déplacement a été rapidement vu et compris par le patient. »

Article de La Nouvelle Gazette du 17 décembre 2021

Article de L’Avenir du 18 décembre 2021